L’attente de l’évaluation

Décembre 2013, mon psychiatre m’oriente vers le CRAHN pour avoir leur avis sur un éventuel syndrome d’Asperger.

8 janvier 2014 : 1ère prise de contact, une fiche de renseignement retournée le jour même, pas d’indication de délai, juste « ce sera long ».

2 juin 2014 (5 mois) : sans nouvelles, mon psychiatre les contacte : « ce sera en septembre/octobre ». 8 ou 9 mois, c’est long, mais bon.

22 septembre 2014 (8 mois) : sans nouvelles, relance par mail, aucune réponse.

29 septembre 2014 : relance par téléphone : d’abord « on ne peut pas vous donner d’information », puis en insistant fortement pour avoir au moins un ordre de grandeur, « comptez 3ème trimestre 2015 ». La douche est froide : 8 mois d’attente passés et encore 9 à 12 à attendre…

8 octobre 2014 (9 mois) : courrier du CRAHN :

L’équipe pluridisciplinaire de l’Unité d’Evaluation du Centre Ressources pour l’Autisme de Haute-Normandie a examiné votre dossier.
A l’issue de notre réunion, au vue des éléments du dossier et des renseignements que nous avons pu obtenir de la part des professionnels, nous vous informons que nous allons vous recevoir pour évaluation.

Il a donc fallu 8 mois pour simplement ouvrir mon dossier. Ils précisent « des renseignements que nous avons pu obtenir de la part des professionnels », or, en consultant mon dossier médical début 2016, j’y découvre qu’à la date où l’équipe pluridisciplinaire était sensée avoir étudié mon dossier, peu avant le 8 octobre 2014, celui-ci est vide, et pour cause : ce même 8 octobre 2014, le CRAHN écrit à mon psychiatre pour lui demander les renseignements.
Les termes du courrier du CRAHN sont pompeux, c’est pour mieux cacher un mensonge : ils n’ont pas encore de dossier sur moi, mais ils l’ont quand même étudié, et à plusieurs.

11 mai 2015 (16 mois) : relancé par un autre professionnel, le CRAHN répond que je suis toujours sur la liste (ouf !), pour un rendez-vous probablement fin d’année 2015/début 2016.

9 octobre 2015 (21 mois) : 2ème courrier du CRAHN, m’annonçant les rendez-vous courant décembre.

19 octobre 2015 : 3ème courrier du CRAHN, avec les dates de rendez-vous, 2 évaluations en décembre et restitution en janvier. Soulagement de voir enfin le bout du tunnel, ce qui atténue le fait d’être convoqué 23 mois après ma demande 3 jours à heure fixée, avec comme seule option « En cas d’annulation de votre part,… ». Prière de renoncer à toutes vos obligations…
Le courrier se termine par « Nous pouvons vous fournir des bons de transports à condition que votre enfant soit reconnu à 100% ou en ALD ». Visiblement, les adultes sont pas prévus dans les procédures…

Gerald-G-Cartoon-Cat-Sleeping-300px

Du 8 janvier 2014 au 19 octobre 2015, 649 jours pour avoir une date de rendez-vous, en devant relancer régulièrement pour tenter d’avoir des nouvelles, des délais repoussés à chaque contact (« ce sera long », « 8 ou 9 mois », « 17 à 20 mois », « dans plusieurs mois », « dans 23 mois »).
Un ophtalmologiste, dans ma région, c’est régulièrement 1 an d’attente, mais dès le 1er contact, on a le jour et l’heure, et c’est juste pour un suivi.
Là, face à une personne en souffrance, qui a vraisemblablement des problèmes de communication, on ne donne pas d’information précise, on la force à établir le contact par elle-même, et au total 2 ans d’attente pour avoir le résultat, c’est de la maltraitance. Je prie les lecteurs de croire que connaissant bien le sens de ce mot, j’ai pris le temps d’y réfléchir avant de l’employer : il est parfaitement justifié.

Mais heureusement, maintenant est venu le temps de l’évaluation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *